Une belle lettre de candidature…

téléchargement

Voilà une belle lettre de candidature que nous avons souhaité vous faire partager.

A nous de faire ce qu’il faut…

Le Collectif

 

Cher Alain Brau,

« A la croisée des chemins, fleurit la rose… » Hegel

Se présenter… Grande interrogation et devant quelle question ? Quel pourquoi ou quel comment ? Se présenter en évitant les facilités de l’orgueil -du bien pensant-, en tentant de toucher la valeur intrinsèque du soi-pensé ; se présenter avec la devise qu’est devenue mienne aujourd’hui, celle de Blaise Pascal introduisant ses « Pensées » : « Pensée, fait la grandeur de l’Homme. »

Se présenter pour être accepté, comme lors d’une rencontre de plusieurs chemins qui se croisent dessinant alors au sol le plan de la croix, de l’étoile à quatre branches, ou à six et pourquoi pas à huit ou mieux… à cinq branches ! Cinq chemins de l’Homme qui se rencontrent, cinq pensées où s’ouvre la rose de cette rencontre, de l’échange, de la confidence, de l’acceptation sur un unique point de convergence qui est celui de l’union. La rencontre définit une union de plusieurs chemins devant accepter ce point focal d’où émerge une seule question : le pourquoi ou le comment ?

Lors de ces rencontres, des hommes se posent parfois la naturelle mais trop rapide question du pourquoi.
Pourquoi es-tu entré en maçonnerie ? Pourquoi la maçonnerie existe-telle, t’intéresse-t-elle ? Pourquoi es-tu maçon au lieu de… ? Pourquoi faites-vous ? Pourquoi te présentes-tu devant nos colonnes ?

Le pourquoi tue la pensée. Ces pourquoi apportent rarement des réponses édifiantes. Ils font reculer le sentiment d’être, qui ne se développe alors pas dans l’échange : ils cachent la certitude de l’existence car ils rationalisent trop souvent l’amour du genre humain pour l’Homme ; l’amour c’est de la Pensée pure !

L’amour, le « Caritas » originel, « l’agapè » fraternel, applicable au quotidien et que recherche désespérément l’être humain –artisan de sa vie-, ne se décline pas avec le pourquoi. Le pourquoi enlise le sentiment poétique d’un artisan. L’artisan à l’œuvre ne dit jamais pourquoi ; il pose des « Comment », qui de fait ne risquent pas d’annihiler Dieu (amour et Caritas) logé en secret au

sein de la nature de l’œuvre caritative car Dieu n’apprécie pas le pourquoi (si tant est que l’on puisse penser pour Lui). Pourquoi (si tant est que l’on puisse penser pour Lui).

L’Amour comme Pensée pure naissant de la rencontre, ne vit pas de Pourquoi mais bien de Comment!
A l’encontre d’autrui, si l’on observe attentivement cet autre qui vit, qui parle et qui agit au sein de la société (cette société débutant par la première sphère d’ amitié ou familiale), lorsqu’on le lit attentivement en devenant presque lui-même tellement notre écoute est absolue pour la bonne et juste compréhension de l’édification de son respect, comme l’ artisan qui perfectionne le geste et la démarche, on accède chacune des fois à une découverte, à une lumière commune, à ce sentiment réel d’être frère au delà des religions et des idées pouvant apporter la polémique. On perçoit la rosée matinale de l’amitié puis de la fraternité ; c’est selon la nature sensible de la perception propre à chacun et d’après la mise en œuvre du travail accompli avec passion. A la rencontre de deux hommes qui se croisent au coin d’une rue, doit aussi fleurir la rose de la compassion, de l’entraide, de se savoir être différent, mais justement ressemblant parce que différent dans la différence qui est une ressemblance selon la progression philosophique de la contradiction apparente. Leur point commun est la différence pour l’union et le monde ne pourra jamais se construire sur l’identité identique mais sur l’acceptation de l’identité par ces différences établies. De cela, chacun marche d’un pas noir ou blanc sur le pavé de la vie, parfois bifurque, revient dans « l’axe principiel » vers toujours plus de soleil, de lumière, de dons envers l’autre, son prochain, son frère, son ami.

Là où deux ou trois se réunissent pour davantage d’amour, de Caritas, de dons malgré leurs divergences, le monde ne portera la nouvelle que dans, et par le respect mutuel. L’on peut bâtir le grand Temple de l’Homme si les hommes n’apprennent à bâtir leurs chapelles respectives que pour le bien communautaire.

De cet état, ce n’est donc pas le pourquoi mais bien le « comment socratique » qui prédomine. Le comment je suis maçon ? Comment es-tu devenu maçon ? Comment as-tu frappé à la porte close du temple ? Comment frappes-tu les coups au portail ? Comment es-tu ? Les comment apportent cette richesse de savoir écouter, de regarder, d’analyser, de faire silence pour laisser venir à soi dans la calme paix

d’être posé ici et maintenant, de pouvoir dire en toute humilité que l’on ne vient de nulle part et d’ailleurs, de sentir Dieu chuchoter à notre oreille intérieure éloignée des bruits et vacarmes quotidiens ; Dieu nous invite au : Comment sommes-nous dans cette présente vie ? La rencontre avec l’autre devient ainsi la rencontre avec l’Autre. A cette interrogation, l’âme franchement sensible, pour paraphraser Platon, n’a pas d’autre alternative que celle qui est de frapper au cœur de l’autre. Un Temple c’est aussi un cœur, c’est l’autre composé d’autres. Il vibre selon un rythme ternaire comme l’organe de la poitrine que je qualifierais d’attention, action, rédemption. Celui qui
pose le juste « comment », il patiente, écoute et ouvre la voie par l’écoute perceptive, par l’humilité et il nourrit la relation d’une rédemption, de l’accomplissement plein de la vie comme notre artisan embrassant son travail achevé. Celui qui sait attendre dans le silence, dans la paix de l’autre, peut lui révéler puis lui offrir l’action de l’entraide, de l’écoute subtile et attentive, et se déclarer Homme. Il est devenu ce « cardiaque » œuvrant au Bien par la bonté d’être l’un à tous, un maillon vivant parce que conscient de la destinée du genre humain.
L’on ne vient de nulle part et d’ailleurs, de sentir Dieu chuchoter à notre oreille intérieure éloignée des bruits et vacarmes quotidiens ; Dieu nous invite au : Comment sommes-nous dans cette présente
vie ?

La rencontre avec l’autre devient ainsi la rencontre avec l’Autre. A cette interrogation, l’âme franchement sensible, pour paraphraser Platon, n’a pas d’autre alternative que celle qui est de frapper au cœur de l’autre. Un Temple c’est aussi un cœur, c’est l’autre composé d’autres. Il vibre selon un rythme ternaire comme l’organe de la poitrine que je qualifierais d’attention, action, rédemption. Celui qui pose le juste « comment », il patiente, écoute et ouvre la voie par l’écoute perceptive, par l’humilité et il nourrit la relation d’une rédemption, de l’accomplissement plein de la vie comme notre artisan embrassant son travail achevé. Celui qui sait attendre dans le silence, dans la paix de l’autre, peut lui révéler puis lui offrir l’action de l’entraide, de l’écoute subtile et attentive, et se déclarer Homme. Il est devenu ce « cardiaque » œuvrant au Bien par la bonté d’être l’un à tous, un maillon vivant parce que conscient de la destinée du genre humain.

Il demeure un vivant point d’interrogation à chaque instant afin d’éviter les écueils dogmatiques et sectaires. Il tente d’appliquer cet autre ternaire ancestral : Sagesse, Force et Beauté pour l’avenir de l’humain. Autrement dit : Attention, Action, Rédemption pour l’avenir de l’homme.

***
Une rose fleurit toujours comme une rose mais jamais sur la même branche, ni au même moment, ni avec le même éclat et encore moins avec le même parfum délicat que ses consœurs ou les saisons précédentes. Elle demeure rose mais sans jamais se copier, sans jamais se vulgariser. Elle se reconduit toujours vers plus de clarté pour elle-même du fait de son atavisme mais toujours pour la beauté de l’Eternel regard. Elle se remet en question selon le « comment » à chaque année…

Comment entrer en maçonnerie, comment le demander, comment en justifier les désirs ?

Bien respectueusement et….

Comments

  1. Merci

    J'aime

  2. Quelque soit l obédience, la croyance c’est une belle lettre, une missive pleine d attentionS …redemption serait aussi une approche. Merci de ce partage ( riche des autres je suis/ nous sommes…. Être et se rêver d être) phlev

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :