Une Voie ?

 

images

 

On peut définir une voie religieuse, une voie mystique et  une voie initiatique.

La voie religieuse, par le sacrement, permet la mise en relation du divin avec l’humain, directe et globalisante. Elle ne nécessite pas d’autre qualification que celle du sacerdoce. C’est la voie du plus grand nombre.

La voie mystique ne requiert pas de qualification de type initiatique, et même parfois des qualités inverses. La voie mystique est une révélation directe, par une grâce spécifique de Dieu dans l’homme, permettant à celui-ci une fusion aboutissant à un anéantissement dans la lumière divine avec perte de son identité personnelle. Cette voie est la voie des moines Théophores et du prophétisme.

La voie initiatique est toute autre, elle nécessite des qualifications physiques, morales et spirituelles. Elle est illuminative et progressive. Elle aboutit à un abord de Dieu au travers l’un de ses attributs (ou de plusieurs), en Franc-Maçonnerie le Grand Architecte et Son Plan Divin. Elle peut être artisanale, chevaleresque ou monacale. Elle procède par transmission d’une virtualité.

La réalisation se fait par un cheminement aboutissant à la voie mystique plus qu’à la voie religieuse.

C’est ainsi que la Franc-Maçonnerie, à la fois Art et Science, s’identifie à la voie initiatique de type artisanale, liée à la Science du Métier des tailleurs de pierres.

Le candidat doit être « libre » et de « bonnes mœurs »

Libre : de cette liberté qui voulait dire au premier degré : « non esclave », mais en corollaire responsable de ses pensées et de ses actes. Le candidat doit aussi se trouver dans une situation qui ne doit pas l’empêcher de vivre sa Maçonnerie ni de se mettre dans l’incapacité de réaliser ses engagements ; cela peut avoir des causes professionnelles, sociales ou familiales. De même il ne doit pas vivre SA Maçonnerie au point de subir soi-même, ou faire subir des préjudices familiaux, sociaux ou professionnels à son entourage.

De bonnes mœurs: elles sont essentielles à la réalisation spirituelle du candidat. La formule « de bonne réputation » est parfois utilisée ; ce qui signifie que le candidat doit être un homme d’honneur, respectueux des lois du pays où il vit, ainsi que des autorités légalement constituées. Les Franc-Maçons ne sont pas des saints, mais ils oeuvrent en commun dans le but de leur propre perfectionnement.

Cela définit le candidat comme un homme sain de corps et d’esprit, stable et soucieux d’évolution morale et spirituelle.

Au travers de ces qualifications, la Franc-Maçonnerie de Tradition, Régulière, et donc la Grande Loge Nationale Française, est un Ordre Traditionnel et Initiatique, un système particulier de morale enseigné sous le voile de l’allégorie et du symbole, enfin une confrérie spirituelle et charitable.

Comments

  1. greenwarior says:

    En lisant ce genre d’article je me dis qu’il y a sept ans, j’ai bien fait de choisir la voie initiatique de la maçonnerie et qu’il faut continuer à initier, non seulement pour « remplir les colonnes », mais pour apporter au profane toutes les joies que nous a donné cette voie initiatique.

    J'aime

    • Mon TCF tu as raison, mais il faut admettre sur nos colonnes que des pierres utiles à la construction du temple, de bonnes pierres généreuses et saines qui se façonnent sur la Colonne du Nord qui est, aux yeux des maçons expérimentés, celle qui permet de mesurer la vitalité d’un Atelier et sa capacité à construire l’avenir, à motiver les « ouvriers ›› à les former.

      Bien Frat

      J'aime

  2. William Wallace says:

    On trouve souvent sans les convocations des LL Anglaises un message très important – c’est à dire:

    « Soyez très prudent lorsque vous recommendez un candidat à l’Initiation: un simple faux-pas sur ce point précis peut être fatal. Si vous faites « entrer » une personne indiscrète ou qui a tendance « à faire des histoires », il s’en suivrait une certaine confusion, ce qui pourrait à terme, entraîner la « fin » de la Loge. Si vous avez une « bonne » Loge, faites en sorte d’en garder la qualité.

    Dr Oliver.

    Peut-être la souche de tous les problèmes vécus à la GLNF.?… J’en suis sûr.

    J'aime

    • Merci, effectivement la prudence doit être de mise, tous les problèmes à la GLNF ? non ! une partie sûrement, d’où les nouvelles consignes de prudence de notre GM, fini la période de « recrutement » au contraire…que des pierres utiles 🙂

      J'aime

      • Le rôle du parrain est très important , il est de sa responsabilité de bien orienté son filleul ,d’abord vers le rite qui lui conviendra le mieux, ensuite dans son parcours , de l’accompagne sur son chemin . Le vénérable doit rencontrer le candidat après les enquêtes et avant de faire voter l’admission , il est garant de l’union et de l’harmonie de l’atelier .

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :