De retour de Baltimore de bonnes nouvelles…

Maryland-StateSeal.svg

EXTRAIT DU RAPPORT DE LA COMMISSION DE RECONNAISSANCE DES GRANDES LOGES AMERICAINES A BALTIMORE

A l’occasion de la conférence des Grandes Loges Américaines qui s’est tenue à Baltimore en février 2014, le Grand Maître de la GLNF, Jean-Pierre Servel, est intervenu devant la Commission on Information for Recognition pour demander que soient revues les dispositions prises lors de la conférence de 2012 et pour que les relations d’amitiés soient rétablies dès à présent avec la GLNF, ce qui est déjà le cas pour 35 des Grandes Loges américaines.

A cette occasion, il a rappelé que pour le futur, la GLNF n’était pas opposée au rassemblement de tous les Frères réguliers en France, au contraire. Dans le prolongement des landmarks énoncés en préambule dans le rapport de la commission, il a rappelé que ce rassemblement ne pouvait se faire sans la GLNF et cela dans le plus strict respect des landmarks, c’est-à-dire tout particulièrement la croyance en Dieu, Grand Architecte de l’Univers, la tenue des travaux en Loge en présence du Volume de la Loi Sacrée et la prohibition des discussions concernant les sujets d’ordre religieux, sociétal ou politique. De même, quels que soient les rapports fraternels et amicaux qui sont de mise avec leurs membres, il a rappelé son attachement à la règle de non inter-visite maçonnique avec des corps maçonniques irréguliers.

Considérant que ces sujets sont en discussion dans certaines Grandes Loges, la GLNF garde un œil attentif et ouvert aux évolutions en cours.

Jean-Pierre Servel est très satisfait du rapport de la Commission on Information for Recognition, approuvé à l’unanimité par la Conférence des Grands Maîtres américains lors d’un vote.

Mes Très Chers Frères,

Veuillez trouver un court extrait extrait du rapport pour la France :

POUR LA FRANCE

Il apparaît que les problèmes administratifs au sein de la Grande Loge Nationale Française ont été résolus. D’autres changements constitutionnels seront soumis au vote en avril 2014. Dans le rapport 2012 de la commission, il était écrit « qu’un mode d’action raisonnable à considérer serait de suspendre les relations avec la GLNF ». Considérant la résolution des problèmes administratifs, les Grandes Loges membres peuvent, si elles le souhaitent, reconsidérer cette suspension.

Lors de la lecture du texte pour approbation par l’assemblée des Grands Maîtres d’Amérique du Nord a été ajoutée une courte phrase à propos de l’intervention des cinq Grandes Loges Européennes. Nous vous communiquerons cette phrase dès que nous aurons confirmation de ses termes exacts.

%d blogueurs aiment cette page :