MEMOIRE ET TRADITION EN AUSTRASIE

Flou Bis

C’est sous cette double évocation que le Grand Maître de la GLNF Jean Pierre Servel  et que  Achim Strassner Grand Maître du Freimaurer Orden- FO  (l’une des composantes principales des Grandes Loges Unies d’Allemagne) se sont rencontrés à Strasbourg  vendredi et samedi dernier en présence  de Jean-Louis Duq…..  Grand Prieur du Grand Prieuré de France et Luc De…. Député Maître Général des Loges de Saint André du RER

Vendredi,   le TRF Jean-Pierre Servel  s’est  rendu  au camps de concentration du Struthof en présence  du RF Philippe Laventure représentant  le GM du Freimaurer Orden (absent  pour cause de  retard  de son vol l’amenant à Strasbourg) et accompagnés  par  le TRF Alain Brau Grand Maître Provincial et de Serge Coimbra Vénérable de la Loge de recherche provinciale Johan Knauth. Accueillis par la directrice du  site, la délégation visita les camps et constata  avec horreur comment  des hommes et des femmes  subirent les pires atrocités  de la part des gardiens nazi.

Une gerbe fut déposée en mémoire de tous ceux qui périrent dans ces camps et en particulier pour tous  nos frères maçons déportés parce que leur seul tord fut de croire en la tolérance  et  le  respect de l’autre quelque soit nos différences.

A la demande du TRF Jean-Pierre Servel et en mémoire de tous ces Frères disparus  une plaque gravée (sans précision d’obédiences)  sera bientôt apposée dans le carré du souvenir du Struthof   en présence du GM du FO qui a promis de se joindre aux Frères de la GLNF en cette occasion.

Vendredi soir un dîner a réuni autour du GM de la GLNF  les dignitaires du FO et du GPRF en présence de leurs épouses. En prélude à ce repas, les responsables présents ont pu échanger sur la situation actuelle de la GLNF et le GM du FO à renouveler son soutient et son aide pour que la reconnaissance de la GLNF soit acquise de la part des Grandes Loges Unies d’Allemagne  au plus vite  même si les  écueils sont encore nombreux à ce jour.

Samedi matin au Temple de la GLNF de Strasbourg, le Grand Maître de la GLNF accompagné du TRF Alain Brau ont été reçus  solennellement dans le cadre   d’une tenue placée sous l’égide du Directoire National des Loges Rectifiées de France durant laquelle  tous les Frères présents ont partagé dans la fraternité les valeurs communes  de la  FM quelque soit le rite pratiqué.

Ce fut l’occasion pour le GM du FO d’offrir au GM de la GLNF la série complète des tabliers maçonniques du Rite Suédois pratiqué par le FO et qui seront exposés au Musée de la GLNF à Paris.

Après une agape chaleureusement  partagée dans la salle humide du Temple , à 15h le Grand Maître Provincial Alain Brau accueillit les participants à la conférence ouverte au public  et  Serge Coïmbra Vénérable Maître de la Loge de recherche  provinciale Johan Knauth ouvrit la séance  par un propos préliminaire, mentionnant les deux grands courants qui traversent la Franc Maçonnerie : spirituel et sociétal et dans ce contexte  s’interrogeant  si la Maçonnerie de tradition avait encore un sens dans notre société au XXIème siècle ?

Fidèle à son habitude, le Grand Maître a souhaité faire une intervention brève afin de privilégier les réponses aux questions des participants, parmi lesquels  de nombreux profanes. Il proposa d’abord un rappel historique de la Franc- Maçonnerie, précisant que si cette dernière fut originellement chrétienne, l’extension de sa conception métaphysique à l’idée de révélation l’a ouverte dès le départ à toutes les religions. Il insiste sur l’interdiction d’aborder en Loge les questions religieuses ou politiques, facteurs de polémiques et divisions entre les hommes.

Par le biais d’une question, il propose une idée simple, indépendante de tout parti religieux : « dès lors que l’homme cherche à s’élever, vers quoi peut-il s’élever, sinon vers le divin !? »

En substance, il précise qu’Il n’y a ni à juger, ni à opposer le courant sociétal et le courant spiritualiste de la Maçonnerie, mais que pour la Maçonnerie de Tradition, sans le divin, l’élévation n’aurait pas le même sens.

Le Grand Maître dira notamment : « Il y a des différences. Faut-il insister ? Oui ! Faut-il s’opposer ? Non ! La GLNF ne dit pas qu’il n’y a qu’une seule voie. Il y a certes des différences, mais il y a aussi des points communs puisque toutes recherchent le perfectionnement de l’Homme. Elles sont dès lors toutes respectables ».

Non dépourvu d’humour, le propos sera riche et intense, suivi  de nombreuses questions qui permettront au Grand Maître d’insister par exemple sur le rôle central de la Loge : « la Loge, c’est la Maçonnerie ! », Il parle aussi de l’idéologie contemporaine du progrès, pour dire que « celle-ci n’a jamais sauvé l’Humanité, ni dans les faits, ni dans ses valeurs et que le rejet de la tradition au nom du progrès à montré ses limites ». Tandis qu’il lui était demandé si la GLNF était un ersatz d’église, voire une secte, le Grand Maître se bornera à rappeler que la GLNF ne se mêle pas du fait religieux et qu’on n’y enseigne aucun dogme, chacun en son sein étant libre de son chemin spirituel et de son vécu. Concluant son propos comme il l’avait introduit, il insiste : « l’élévation spirituelle passe par une étincelle du divin ». Forte de cette conviction, la GLNF occupe une place particulière dans le paysage maçonnique français, elle reste pour autant respectueuse des convictions prônées par les autres obédiences et fraternelle.

Cette conférence fut suivie par un « pot de la fraternité » où maçons et profanes purent prolonger leurs échanges autour du GM pendant qu’un de nos temples aménagé à cet effet était exposé à la curiosité des visiteurs  provoquant de nombreuses interrogations quant  à la symbolique représentée.

La venue dans la Province d’Austrasie de notre Grand Maître et des dignitaires des autres juridictions régulières fut l’occasion  de partager avec tous les Frères présents des instants exceptionnels de fraternité dans le respect de notre Tradition mais  sans oublier qu’au nom de cette  Tradition  beaucoup des nôtres  ont payé de leur vie cet engagement sous des régimes totalitaires quelque soit leurs idéologies.

Comme l’a confié le Grand Maître Provincial le TRF Alain Brau à propos de ces deux journées :

« La meilleure récompense pour moi était de voir le sourire rayonner à chaque instant  sur le visage de mes Frères ! ».

Encore une belle journée pour la GLNF.

Rectif
C’est dans un climat de ferveur un peu solennel que les délégués des Loges et les membres du Souverain Grand Comité se sont retrouvés en cet après-midi du 12 avril à l’espace Grande Arche à La Défense. C’est toujours un sentiment contradictoire qui accompagne les moments les plus extraordinaires, comme si le quotidien, l’ordinaire résistait à leur faire place. Tout paraît si étrangement « normal », le trajet dans le métro, les tables d’émargement, le brouhaha des retrouvailles dans la grande salle où les Frères prennent place, conscients tout à la fois de l’écoulement ordinaire du temps et de la qualité de l’instant.

L’esprit se dédouble. Plus que les autres, cet instant particulier advient, puis s’enfonce dans le passé, laissant une pierre, blanche dit-on. Oui. Cet instant du 12 avril restera bien marqué d’une pierre blanche : l’Assemblée s’est déroulée suivant le protocole d’une Tenue Extraordinaire de Grande Loge. Dans la mesure où la réforme des textes affectait le fonctionnement de l’ordre maçonnique, c’était nécessaire.

Outre l’aspect réglementaire, le déroulement cérémonieux du rituel installe justement cette césure temporelle, cette coupure propice à la prise de conscience, par tous, de ce qui est en jeu : la transformation profonde de la GLNF, sur la base d’une nouvelle Constitution.

L’entrée des Grands Officiers, du Grand Maître, l’ouverture des travaux, la minute de silence à la mémoire des Frères passés à l’Orient éternel, l’hymne national. Le flot des préoccupations ordinaires se tarit. Les esprits sont maintenant ouverts. Le Grand Maître livre quelques propos liminaires.

Pour préparer ces nouveaux textes, plus d’un an. La plupart des dispositions qu’ils contiennent étaient contenues dans les promesses du candidat Jean-Pierre Servel. Pourtant, loin d’être l’œuvre d’un seul homme, le nouveau règlement, proposé à l’approbation des délégués des Loges et des membres du Souverain Grand Comité réunis, est le fruit d’un formidable travail collectif. Un groupe de Frères particulièrement experts, notamment le Garde des Sceaux, a travaillé à l’établissement du plan et au tracé des dessins sous la conduite du Grand Maître.

Après de premiers aménagements proposés par le Conseil des Sages, pour la première fois dans l’histoire d’une obédience maçonnique, le projet ainsi rédigé et amendé a été soumis pendant plus de 6 mois aux avis des Loges, ces avis, recueillis par les Grands Maîtres Provinciaux, ont été soumis à l’écoute attentive et respectueuse des membres experts de la Commission des Affaires Intérieures et du Conseil des Sages. Plus de 500 corrections ont été retenues, donnant lieu à deux nouvelles rédactions, dont la dernière en date est à la disposition des Frères depuis le 15 février sur le site internet de la GLNF. Par respect pour les membres appelés à voter, elle a été adressée par pli postal sous forme imprimée à tous les délégués des Loges et aux membres du Souverain Grand Comité. Les nouveaux textes sont la propriété de tous.

Tous les membres présents à l’assemblée ne peuvent en ignorer les lignes directrices.

– réunion des textes en un seul livre

– mandat du Grand Maître réduit à 3 ans, renouvelable une fois,

– indivisibilité des fonctions de Grand Maître et de Président de l’association,

– nouveaux pouvoirs conférés au Conseil des Sages prévoyant notamment une procédure de destitution du Grand Maître,

– désignation des représentants des Loges et des Provinces, désormais majoritaires au Souverain Grand Comité, par le collège des Vénérables Maîtres et des Officiers Provinciaux Actifs,

– élections par le Souverain Grand Comité, en son sein, des membres du Conseil des Sages, des membres du Conseil d’Administration et du Conseil Disciplinaire National appelés à siéger aux côtés des membres de droit, des membres des différentes commissions,

– instauration de procédures de vote par correspondance ou en ligne.

Le Grand-Maître remercie chacun pour sa contribution et pour le travail accompli. Il indique que la Grande Loge est appelée à voter sur la partie maçonnique des textes, c’est-à-dire sur la réforme du Règlement Intérieur de la Grande Loge, les statuts civils devant être votés plus tard dans le déroulement de l’Assemblée Générale Extraordinaire.

Il donne la parole au président de la Commission des Affaires Intérieures puis au président du Conseil des Sages qui lisent leurs rapports sur le projet de réforme.

Le moment très attendu du vote est arrivé. Sont comptés 1795 Frères présents. Se sont abstenus 2 Frères. Le vote est positif avec une approbation de 99,89%.

Les regards se croisent. Tout le monde est soudain debout. Résonne alors le bruit si particulier des applaudissements gantés de blanc. Cela dure… plusieurs minutes, que tout un chacun savoure, conscient de ce qui vient de s’accomplir. Les assemblées nombreuses font un bruit particulier lorsqu’elles sont en harmonie.

Les travaux de Grande Loge sont alors suspendus pour ouvrir les travaux de l’assemblée générale ordinaire de l’association GLNF, laquelle approuve le rapport moral lu par le Frère Orateur avec 100% des suffrages, de même qu’elle vote l’approbation des compte de l’exercice clos le 31 août 2013 à 99,94 % et le budget 2014/2015 à 99,88%.

L’assemblée générale ordinaire est alors fermée et l’assemblée générale extraordinaire de l’association est ouverte avec pour objet l’adoption du projet de réforme du Règlement Général dans sa globalité, comprenant les principes fondateurs et les statuts civils, ainsi que le règlement intérieur de la Grande Loge (déjà adopté en Tenue maçonnique) et les règles générales du Grand Chapitre (déjà adoptées le matin même en Grand Chapitre).

Le Grand Maître donne la parole à l’assemblée pour entendre les questions relatives aux nouveaux statuts. Il souligne que ce texte a fait l’objet d’une étude minutieuse, sincère et largement partagée. Il rappelle qu’il s’agit néanmoins d’une œuvre humaine et que sans doute, à l’usage, des amendements pourront se révéler souhaitables. Il indique que contrairement à ce qui a pu être vécu dans le passé, des ajustements de textes pourront être plus facilement envisagés grâce au processus de vote à distance, autorisé par le nouveau règlement. Après un échange chaleureux et assez bref, compte tenu de la richesse de ceux qui se sont déroulés en toute liberté et transparence depuis un an, le texte est soumis au vote dans son entièreté. Ce dernier est sans appel et traduit l’immense adhésion à cette nouvelle constitution qui sera désormais l’ossature du fonctionnement des Loges, des Provinces, et de la Grande Loge elle-même. Votants 1668, abstentions : 2, pour : 1666, pourcentage d’adhésion : 99,88%

L’assemblée générale extraordinaire est fermée sous les applaudissements. Chacun déjà, pense à ce qu’il va rapporter à sa Loge, au formidable message d’unité qu’il va transmettre.

Les travaux reprennent pour la fermeture de la Tenue de Grande Loge, dans une ferveur nourrie du sentiment du travail accompli.

Avec le brouhaha du départ, les Frères se séparent, momentanément, alors que le temps ordinaire reprend ses droits, le métro pour les uns, le parking pour les autres. Chacun sait que quelque chose est arrivé et que, même si tout paraît à nouveau normal, plus rien n’est tout à fait comme avant et que l’avenir ne pourra pas reproduire certaines des difficultés du passé.

Le Grand Secrétaire et le Grand Orateur, secrétaire du Conseil d’Administration

« Pour rappel, il a fallu remettre en bon ordre les matricules de frères qui nous ont quittés et aujourd’hui la matricule est saine et représente:

-25.186 Frères au 27/02/2014 avec 2400 initiations depuis septembre 2013

la GLNF se porte bien

Virgile »

Au tour de la Bulgarie..

RESTAURATION DE LA RECONNAISSANCE DE LA GLNF PAR LA GRANDE LOGE UNIE DE BULGARIE
mercredi 2 avril 2014
La Grande Chancellerie de la GLNF a reçu le 30 mars la lettre confirmant le retour de la reconnaissance votée le 27 mars 2014 à Sofia.
extrait de la lettre : « … on the Meeting of the Board of Grand Officers of the United Grand Lodge of Bulgaria held on the 27th March 2014, was unanimously voted to resolve full recognition to the National Grand Lodge of France…. “

%d blogueurs aiment cette page :