MEMOIRE ET TRADITION EN AUSTRASIE

Flou Bis

C’est sous cette double évocation que le Grand Maître de la GLNF Jean Pierre Servel  et que  Achim Strassner Grand Maître du Freimaurer Orden- FO  (l’une des composantes principales des Grandes Loges Unies d’Allemagne) se sont rencontrés à Strasbourg  vendredi et samedi dernier en présence  de Jean-Louis Duq…..  Grand Prieur du Grand Prieuré de France et Luc De…. Député Maître Général des Loges de Saint André du RER

Vendredi,   le TRF Jean-Pierre Servel  s’est  rendu  au camps de concentration du Struthof en présence  du RF Philippe Laventure représentant  le GM du Freimaurer Orden (absent  pour cause de  retard  de son vol l’amenant à Strasbourg) et accompagnés  par  le TRF Alain Brau Grand Maître Provincial et de Serge Coimbra Vénérable de la Loge de recherche provinciale Johan Knauth. Accueillis par la directrice du  site, la délégation visita les camps et constata  avec horreur comment  des hommes et des femmes  subirent les pires atrocités  de la part des gardiens nazi.

Une gerbe fut déposée en mémoire de tous ceux qui périrent dans ces camps et en particulier pour tous  nos frères maçons déportés parce que leur seul tord fut de croire en la tolérance  et  le  respect de l’autre quelque soit nos différences.

A la demande du TRF Jean-Pierre Servel et en mémoire de tous ces Frères disparus  une plaque gravée (sans précision d’obédiences)  sera bientôt apposée dans le carré du souvenir du Struthof   en présence du GM du FO qui a promis de se joindre aux Frères de la GLNF en cette occasion.

Vendredi soir un dîner a réuni autour du GM de la GLNF  les dignitaires du FO et du GPRF en présence de leurs épouses. En prélude à ce repas, les responsables présents ont pu échanger sur la situation actuelle de la GLNF et le GM du FO à renouveler son soutient et son aide pour que la reconnaissance de la GLNF soit acquise de la part des Grandes Loges Unies d’Allemagne  au plus vite  même si les  écueils sont encore nombreux à ce jour.

Samedi matin au Temple de la GLNF de Strasbourg, le Grand Maître de la GLNF accompagné du TRF Alain Brau ont été reçus  solennellement dans le cadre   d’une tenue placée sous l’égide du Directoire National des Loges Rectifiées de France durant laquelle  tous les Frères présents ont partagé dans la fraternité les valeurs communes  de la  FM quelque soit le rite pratiqué.

Ce fut l’occasion pour le GM du FO d’offrir au GM de la GLNF la série complète des tabliers maçonniques du Rite Suédois pratiqué par le FO et qui seront exposés au Musée de la GLNF à Paris.

Après une agape chaleureusement  partagée dans la salle humide du Temple , à 15h le Grand Maître Provincial Alain Brau accueillit les participants à la conférence ouverte au public  et  Serge Coïmbra Vénérable Maître de la Loge de recherche  provinciale Johan Knauth ouvrit la séance  par un propos préliminaire, mentionnant les deux grands courants qui traversent la Franc Maçonnerie : spirituel et sociétal et dans ce contexte  s’interrogeant  si la Maçonnerie de tradition avait encore un sens dans notre société au XXIème siècle ?

Fidèle à son habitude, le Grand Maître a souhaité faire une intervention brève afin de privilégier les réponses aux questions des participants, parmi lesquels  de nombreux profanes. Il proposa d’abord un rappel historique de la Franc- Maçonnerie, précisant que si cette dernière fut originellement chrétienne, l’extension de sa conception métaphysique à l’idée de révélation l’a ouverte dès le départ à toutes les religions. Il insiste sur l’interdiction d’aborder en Loge les questions religieuses ou politiques, facteurs de polémiques et divisions entre les hommes.

Par le biais d’une question, il propose une idée simple, indépendante de tout parti religieux : « dès lors que l’homme cherche à s’élever, vers quoi peut-il s’élever, sinon vers le divin !? »

En substance, il précise qu’Il n’y a ni à juger, ni à opposer le courant sociétal et le courant spiritualiste de la Maçonnerie, mais que pour la Maçonnerie de Tradition, sans le divin, l’élévation n’aurait pas le même sens.

Le Grand Maître dira notamment : « Il y a des différences. Faut-il insister ? Oui ! Faut-il s’opposer ? Non ! La GLNF ne dit pas qu’il n’y a qu’une seule voie. Il y a certes des différences, mais il y a aussi des points communs puisque toutes recherchent le perfectionnement de l’Homme. Elles sont dès lors toutes respectables ».

Non dépourvu d’humour, le propos sera riche et intense, suivi  de nombreuses questions qui permettront au Grand Maître d’insister par exemple sur le rôle central de la Loge : « la Loge, c’est la Maçonnerie ! », Il parle aussi de l’idéologie contemporaine du progrès, pour dire que « celle-ci n’a jamais sauvé l’Humanité, ni dans les faits, ni dans ses valeurs et que le rejet de la tradition au nom du progrès à montré ses limites ». Tandis qu’il lui était demandé si la GLNF était un ersatz d’église, voire une secte, le Grand Maître se bornera à rappeler que la GLNF ne se mêle pas du fait religieux et qu’on n’y enseigne aucun dogme, chacun en son sein étant libre de son chemin spirituel et de son vécu. Concluant son propos comme il l’avait introduit, il insiste : « l’élévation spirituelle passe par une étincelle du divin ». Forte de cette conviction, la GLNF occupe une place particulière dans le paysage maçonnique français, elle reste pour autant respectueuse des convictions prônées par les autres obédiences et fraternelle.

Cette conférence fut suivie par un « pot de la fraternité » où maçons et profanes purent prolonger leurs échanges autour du GM pendant qu’un de nos temples aménagé à cet effet était exposé à la curiosité des visiteurs  provoquant de nombreuses interrogations quant  à la symbolique représentée.

La venue dans la Province d’Austrasie de notre Grand Maître et des dignitaires des autres juridictions régulières fut l’occasion  de partager avec tous les Frères présents des instants exceptionnels de fraternité dans le respect de notre Tradition mais  sans oublier qu’au nom de cette  Tradition  beaucoup des nôtres  ont payé de leur vie cet engagement sous des régimes totalitaires quelque soit leurs idéologies.

Comme l’a confié le Grand Maître Provincial le TRF Alain Brau à propos de ces deux journées :

« La meilleure récompense pour moi était de voir le sourire rayonner à chaque instant  sur le visage de mes Frères ! ».

Comments

  1. l’image vaut tous les commentaires . et nous rappelle que malgré l’intelligence de l’homme et les progrès de ce siècle nos passions prennent le pas sur nous , et que le véritable enjeux est de rechercher la véritable image .
    et les exemples malheureusement ne manquent pas …….
    merci Virgile

    Aimé par 1 personne

  2. WEIMANN Daniel says:

    Très intéressante information, c’est pourquoi je m’inscris. Merci

    J'aime

Trackbacks

  1. […] MEMOIRE ET TRADITION EN AUSTRASIE : C’est sous cette double évocation que le Grand Maître de la GLNF Jean Pierre Servel  et que  Achim Strassner Grand Maître du Freimaurer Orden- FO  (l’une des composantes principales des Grandes Loges Unies d’Allemagne) se sont rencontrés à Strasbourg  vendredi et samedi dernier en présence  de Jean-Louis Duq…..  Grand Prieur du Grand Prieuré de France et Luc De…. Député Maître Général des Loges de Saint André du RER […]

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :