Le TRGM Jean Pierre Servel aux frères de la GLNF qui fréquentent le SCPLF.

int_IMG_20131203122958_

Bonjour mes BAF,

Ci-après un courrier du TRGM Jean Pierre Servel concernant la fréquentation des frères de la GLNF auprès du SCPLF, il faut bien comprendre à travers ce texte, que la GLNF, seule obédience régulière et reconnue sur le territoire Français ne peut autoriser ses membres à fréquenter des structures irrégulières et non reconnues au risque d’avoir elle même des comptes à rendre vis à vis des Obédiences régulières et reconnues étrangères.

Les frères doivent bien comprendre qu’aucune « hostilité » n’est déclarée au SCPLF, mais que la GLNF et ses frères sont dans l’obligation de se mettre en conformité avec les règles internationales.

Je ne doute pas un instant, que les frères du SCPLF, qui a été une juridiction amie, connaissent ces principes, les appliquent depuis des dizaine d’années et comprennent donc cette décision.

Auquel cas, elle se mettra d’elle même dans l’irrégularité la plus totale, cela sera son choix !

La GLNF Obédience régulière et reconnue n’interviendra jamais auprès des juridictions amies « dites Hauts Grades », c’est la règle.

Néanmoins et maintenant, c’est aux frères réguliers et reconnus du REAA, d’avoir une réflexion intelligente..

Bon dimanche

Virgile

Le courrier de notre TRGM Jean Pierre Servel ici :Lettre du GM

Comments

  1. comment pouvait il en être autrement sans être en infraction avec les règles internationnales . et puis ne soyons pas hypocrite , le SCPF avec des FF de deux obédiences une régulière et l’autre pas ayant quelques antagonismes et différents depuis la crise ne pouvait pas continuer sans que cela pose des problèmes aux FF de l’une ou de l’autre obédiences . ceux qui diront que nous sommes pas fraternels seront dans l’hypocrisie et ne seront motivés que par une volonté de mise en défaut de la GLNF.
    HOU LES MÉCHANTS , ils séparent les FF , voila le discours ( le mien est soft , je vous laisse juger de la propagande de ceux qui ne voulaient pas d’une séparation )
    nous pouvons dire que notre GM aura été patient et qu’aucune autre solution ne pouvait être envisagé en l’état .

    Aimé par 1 personne

    • Mon TCF JBW, nous sommes entièrement d’accord et habitué, nous respectons les règles et demandons à ce qu’elles soient respectées, la liberté est totale pour ceux qui ont choisi d’autres voies, c’est respectable !

      Je n’ai aucune inquiétude, les frères de la GLNF connaissent la situation et sauront la gérer calmement et sereinement.

      bien frat

      J'aime

  2. Concrètement, où iront les FF:. ?

    J'aime

    • Bonjour Damameri, si mes informations sont justes, il y a des frères REAA qui réfléchissent à la création d’un SC, qui devrait ensuite entretenir avec la GLNF et les juridictions internationales régulières et reconnues des relations d’amitiés, très prochainement, tu seras très vite informé..

      J'aime

  3. ma contribution says:

    Bonjour Virgile, MMTTCCFF,

    D’un esprit soucieux le GM de la GLNF se dit préoccupé d’aider ses Frères qui désirent pouvoir poursuivre leur perfectionnement initiatique au-delà de la maitrise. En position de force il montre qu’il est tenu de veiller à ce que les Juridictions qui les accueillent respectent le principe des Grandes Loges dûment reconnues comme régulières. D’une rigueur implacable sa lettre à la fois récapitule, interpelle et démontre en peu de mots simples et pesés qu’est définitivement tournée la page douloureuse et humiliante de l’histoire de l’Obédience, que l’identité de cette dernière s’en trouve même renforcée par la fidélité éprouvée et que son avenir n’est aucunement négociable car il appartient à ses Frères et à eux seuls.

    Je suis bien d’accord avec lui !

    Pendant ces cinq dernières années, secoué par la crise vécue au milieu de mes Frères qui se sont finalement partagés sans trop se déchirer, j’ai tout fait moi aussi, à mon humble niveau, pour que la GLNF retrouve son honneur et sa dignité bafouée et pour que la confiance puisse être restaurée. L’épreuve a parfois été rude mais elle a révélé ce dont on ne parle jamais dans les blogs ou ailleurs au sujet des Frères : du courage, de la noblesse et de la générosité.

    J’ai vu des Frères tenir leurs engagements, maitriser leurs passions, se poser les bonnes questions, tenter d’y répondre et même sans se trahir, se respecter malgré des choix divergents.

    Bref j’ai vu des maçons !

    Cependant la lettre -à l’unilatérale comme le saumon- du GM de la GLNF pose un «petit » problème au Frère que je suis, lequel aime et chérit fidèlement la GLNF depuis… louveteau par son propre père qui devint son frère…, tout en poursuivant finalement sereinement et malgré la crise sa progression initiatique dans les ateliers du SCPLF, au milieu de Frères d’érudition, d’amour et de sagesse, lesquels, certains exemplaires, se sont aussi montrés par le passé de grands serviteurs de l’Obédience. Ces Frères du SCPLF viennent toujours l’enrichir et acceptent que lui aussi puisse enrichir les autres, bien que toujours membre avec quelques-uns de la GLNF alors que la grande majorité vient désormais de l’Alliance.

    Vivre c’est choisir, n’est-ce pas ?

    Aujourd’hui de nouveau on nous demande de faire un choix qui va pour beaucoup d’entre nous nous déchirer et déchirer encore un peu plus ce qu’il nous restait d’espoir de réconciliation.

    Pourquoi est-ce donc à nous de choisir ? Qu’avons-nous fait pour mériter un tel sort ?

    « Sapere Aude ! », “aie le courage de te servir de ton propre entendement”, “Ose savoir” ou mieux “ose penser par toi-même”, vous le savez, est la devise des Lumières.

    Elle n’est pour moi pas contraire à l’attitude d’un homme de Foi, ni une insulte à la tradition, mais plutôt un antidote à la paresse et à la lâcheté.

    Penser seul ou isolé dans son coin n’est pas suffisant et il est meilleur encore de pouvoir le faire “avec et pour les autres”… ce que décidemment, on se le demande, si les “frangins en chef” arrivent à intégrer ?

    Je ne prétends pas être meilleur que les autres en la matière, mais j’essaye!

    On ne voit pas les choses de la même manière et avec les mêmes enjeux selon la place que l’on occupe. Bizarrement il est parfois plus facile de se mettre à la place de l’autre et de prendre en compte son point de vue que de camper sur ses positions et de défendre ses propres intérêts. Cela arrive rarement, mais pourtant, il faut garder espoir…

    Il faut faire preuve de perspicacité ou être prophète pour suivre notre affaire comme il se doit et voir où elle nous mènera, avec ses méandres, ses zones d’ombre, ses calculs et ses incohérences, comme aussi dans ses ressorts automatisés et ses rebondissements parfois inattendus, que tout cela soit par moment décevant ou pas. Comment essayer de toutes manières d’en tirer un bien plutôt qu’un mal ?

    Voyons par exemple un peu de ce que dit la lettre de Jean-Pierre Servel et de ce qu’elle peut, peut-être, sous-entendre pour un indécrottable optimiste :

    Achever la normalisation d’une relations par ce qui va se révéler être la nécessité d’un arrêt pur et simple de fréquentation n’offre a priori pas beaucoup de perspectives de rétablissement de cette même relation dans l’avenir. C’est le terme « achever » qui pose problème par son caractère définitif; il signifie en finir avec quelque chose ou que quelque chose est, de fait, d’ores et déjà accompli et dont il faut prendre acte.

    On peut examiner dans cette lettre ce qu’il est précisément dit de ce qui est achevé.

    Dans le cadre d’un processus de retour à la normal de relations qui existaient auparavant la crise entre la GLNF et les Juridictions, cette lettre met fin à une situation particulière dans laquelle la relation entre la GLNF et l’une des Juridictions était devenue « anormale » au regard de la règle qui les régissait toutes deux et à laquelle elles se conformaient. Règle contractuelle entre les parties mais de surcroit –et c’est essentiel- règle constitutive de l’identité même des parties selon le principe de reconnaissance de régularité des parties se conformant à cette règle.

    Pour la GLNF ne pas s’ajuster à la règle met en danger son identité même. Ce n’est donc pas la possibilité même, le désir, le souhait ou le non-souhait de relation qui est visé par cet achèvement mais la normalisation indispensable de celle-ci.

    La composition nouvelle de la Juridiction en question suite à la crise a rendu anormale la relation et la fréquentation entre les deux parties. La normalisation de la relation doit donc s’achever nécessairement par l’achèvement de cette relation en l’état, c’est à dire par une suspension de fréquentation comme le dit plus loin la lettre.

    Il n’est dit à aucun moment dans cette lettre que les conséquences de cette normalisation de la relation seraient définitives, au contraire : d’abord par la signification même du terme « normalisation » renvoyant à des notions communes réputées neutres, impartiales ou pour le moins rappelant ce qui était auparavant accepté par l’une et l’autre parties de la relation, ensuite de par le fait que la conséquence direct de cette normalisation soit qualifiée de suspension.

    On pourrait peut-être réfléchir à la signification ou à la non-signification de ce mot «suspension ».

    Par exemple suspendre n’est pas rompre ou couper; le temps définitif ou la résolution irrévocable ne peuvent être compris dans le paradigme du terme « suspension », lequel signifie plutôt tenir ou se tenir, « se tenir dans l’arrêt », mais même dans l’arrêt, « se tenir prêt » en tant que « se tenir prêt … à l’arrêt même de l’arrêt, à l’arrêt même de la suspension ».

    Au regard de la règle et conformément à elle la relation aurait pourtant pu ou pourrait pourtant se normaliser autrement, mais dans une autre situation, avec une autre composition, selon une autre configuration.

    Ce sont là malheureusement ou heureusement qu’interviennent la liberté : bêtise ou sagesse, vanité ou désintéressement, paresse ou courage, méchanceté ou sainteté, mensonge ou vérité, brefs les hommes entre eux capables du meilleur comme du pire.

    Une autre situation aurait donc pu ou pourrait encore logiquement rendre la reprise de la relation tout aussi normale que sa suspension et même la nécessiterait tout autant logiquement.

    Quelle composition possible les Frères de REAA souhaitent-ils et sont-ils capables de réaliser ?

    Affaire à suivre et à ne pas lâcher.

    Le GM de la GLNF ouvre le bal : y aura t’il de bons danseurs à se lancer sur la piste ? Je veux dire des danseurs capables d’inviter à la danse…

    Extraits de la lettre de JP Servel, GM de la GLNF:

    « En ma qualité de Grand-Maître, il m’appartient aujourd’hui d’achever la normalisation de nos relations avec les Juridictions qui offrent aux Frères de la Grande Loge Nationale Française la possibilité de poursuivre leur perfectionnement initiatique au-delà des trois premiers degrés ou grades de la Maçonnerie symbolique. »

    « J’ai attendu plus de 18 mois avant de normaliser cette situation, ne voulant en aucun cas manifester la moindre ingérence de notre Grande Loge dans le fonctionnement du Suprême Conseil pour la France. Il appartient à cette Juridiction de définir la qualité de ses membres selon les termes de ses propres Constitutions et Règlement Intérieur. »

    « Compte tenu de la composition de ses effectifs, les appartenances au Suprême Conseil pour la France et à la Grande Loge Nationale Française sont incompatibles. »

    « Je demande donc aux Frères de la Grande Loge Nationale Française qui en sont membres, de suspendre la fréquentation de toute structure relevant du Suprême Conseil pour la France du Rite Écossais Ancien et Accepté »

    « Je suis naturellement conscient des difficultés que cette décision peut occasionner pour certains de nos Frères attachés à leur atelier, comme je suis sensible aux préoccupations de ceux qui s’inquiètent d’une transgression manifeste des critères de régularité, si je laissais perdurer la situation actuelle. »

    « Je suivrai avec attention tout développement permettant aux Frères pratiquant le Rite Écossais Ancien et Accepté de poursuivre leur chemin de perfectionnement selon leur désir. »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :