LA GLNF, ORDRE MAÇONNIQUE OU OBÉDIENCE ? et QUELLE DIFFÉRENCE FAIT-ON ENTRE RÉGULARITÉ ET RECONNAISSANCE (ACCORD DE 1929) ?

GLNF news

LA GLNF, ORDRE MAÇONNIQUE OU OBÉDIENCE ?

Notre Grande Loge, qui impose à ses Loges et à ses Frères le respect des Règles, Landmarks, Us et Coutumes de l’Ordre Maçonnique peut revendiquer d’être une Grande Loge Régulière. Corrélativement, la GLNF est la structure gouvernant l’Ordre Maçonnique pour la France ou en France.

Les Loges sont seules détentrices de la fonction initiatrice dans l’Ordre maçonnique. De qui détiennent-elles ce pouvoir ? De l’Obédience. Pourquoi ?

Historiquement, en 1717, les premières Loges fondatrices de la Franc-maçonnerie contemporaine se sont réunies (et non « fédérées ») en Obédience pour édicter ensemble les règles instituant formellement l’Ordre Maçonnique. Étymologiquement, faire Obédience signifie s’en remettre à…, abandonner son autorité ou son libre arbitre au profit de… Les premières Loges ont conçu « l’Obédience » comme condition nécessaire, garante de leur fonction initiatrice, et de la fonction initiatrice de toutes les Loges présentes et à venir.

Progressivement, après des périodes de désordre au cours desquelles certaines Loges ont fleuri sous des formes, motifs, ou fonctionnement contestables, au cours du XVIIIe et XIXe siècle, les Obédiences se sont structurées suivant un même schéma et se « reconnaissent » pour devenir des Institutions permanentes, garantes du respect de la pratique maçonnique.

Distinguer « Ordre » et « Obédience » a un sens. Les opposer n’en a pas. Ces deux appellations recouvrent des notions bien spécifiques. La GLNF est à la fois une Obédience, en tant que structure garante de la fonction initiatrice des Loges, et en même temps, de par son statut de Grande Loge Régulière, elle est un Ordre initiatique. Il est faux de penser que l’Obédience ne serait qu’une structure administrative de l’Ordre, chargée de l’intendance.

Dans la pratique, l’appellation « Obédience » est équivalente à « Juridiction », nous sommes convenus d’appliquer la première à une Grande Loge, la seconde à une structure de fonctionnement (au sens le plus large) des grades complémentaires.

En tant que garante, l’Obédience est une condition immuable du bon fonctionnement initiatique des Loges, et exerce vis-à-vis d’elles les moyens de cette garantie.

La Maçonnerie anglaise est claire : « The Craft » c’est la Franc-maçonnerie (des 3 grades), en ce sens le socle et la base de tout. La « Constitution » est la structure nationale qui administre The Craft dans un pays/état donné : English Constitution, Irish Constitution, … les « Degrees beyond the Craft », dénomme tous les grades ou degrés au-delà, c’est donc tout le reste.

Notice: Undefined variable: y in E:\internet-intranet\web\app.glnf.fr\view\web_national\article.tpl.php on line 21 Notice: Undefined index: in E:\internet-intranet\web\app.glnf.fr\view\web_national

 

QUELLE DIFFÉRENCE FAIT-ON ENTRE RÉGULARITÉ ET RECONNAISSANCE (ACCORD DE 1929) ?

La Régularité maçonnique est conférée par le respect des Anciens Devoirs, Landmarks, Us et Coutumes, et Constitutions de l’Ordre Maçonnique tel que décrit plus haut. Pour ce qui concerne la GLNF, l’ensemble de ces règles est résumé dans notre règle en 12 points. D’autres Obédiences régulières ont formalisé différemment leurs principes mais respectent strictement les mêmes règles. Toutes les Grandes Loges (Obédiences) Régulières du monde se reconnaissent entre elles par des accords de reconnaissance. Ces accords sanctionnent le respect par ces Grandes Loges des principes de régularité édictés. Les principes de reconnaissance des Grandes Loges ont été posés en 1929 par la Grande Loge Unie d’Angleterre et rappelés en 1949. Pourquoi par cette Obédience spécialement ? Parce que c’est elle qui, en 1723 et sous l’appellation de Grande Loge de Londres et de Westminster, a rappelé les principes immémoriaux qui s’appliquent à l’Ordre Maçonnique, par la rédaction des Constitutions d’Anderson. Ainsi, on peut dire que toutes les Obédiences régulières se reconnaissent entre elles, mais elles ne peuvent reconnaitre des Obédiences “irrégulières”, c’est-à-dire celles qui ne respectent pas TOUS les principes de la Régularité. La Reconnaissance d’une Grande Loge est l’acte juridique, par lequel une Grande Loge entre dans la famille universelle des puissances maçonniques régulières. On ne saurait donc séparer régularité et reconnaissance. La première est le fondement obligé de la seconde, et la reconnaissance est l’attestation publique de l’acceptation sans réserve des Landmarks traditionnels de l’Ordre et de leur pratique rigoureuse, au sein du corps maçonnique qui demande sa reconnaissance. Tout corps qui se veut maçonnique demandant sa reconnaissance sans s’engager à respecter scrupuleusement les Landmarks immémoriaux de l’Ordre, est voué à dépérir dans la voie substituée. Qu’il porte le titre de “maçonnique” ne change rien quant au fond et la famille universelle de la Franc-maçonnerie traditionnelle ne saurait le recevoir en son sein. Si toutes les Obédiences régulières se reconnaissent entre elles, elles ne peuvent et ne doivent avoir aucune velléité d’ingérence envers une puissance maçonnique régulièrement reconnue.

Notice: Undefined variable: y in E:\internet-intranet\web\app.glnf.fr\view\web_national\article.tpl.php on line 21 Notice: Undefined index: in E:\internet-intranet\web\app.glnf.fr\view\web_national\article.tpl.php on line 21

Comments

  1. RACANIERE HENRI says:

    Pour avoir planché un jour sur le thème régularité et reconnaissance quand j’étais grand orateur provincial d’alsace, j’approuve ces articles à 100%. Il n’y a pas de régularité sans (attestation de) reconnaissance. Question: j’ai du louper un épisode, je ne me souviens pas avoir eu connaissance de la re-reconnaissance de la GLNF par la GL Suisse Alpina; Est-ce chose faite et depuis quand? Si non, pourquoi? Merci de la réponse si elle est possible.

    J'aime

  2. Mon BAF , merci pour cette mise au point qui permet de remettre l’église au centre du village . Bien que , ces règles ,us et coutumes soient bien connu de tous , certains dirigeants d’obédiences ont des pertes de mémoire qui permet des interprétations , comme le rappel souvent Roger Dachez .
    Je t’embrasse

    J'aime

  3. LA GLNF, ORDRE MAÇONNIQUE OU OBÉDIENCE ?
    Commentaires rectificatifs ouvrant débat.
    Merci quand m^me de ce point de vue

    Notre Grande Loge, qui impose à ses Loges et à ses Frères le respect des Règles, Landmarks, Us et Coutumes de l’Ordre Maçonnique peut revendiquer d’être une Grande Loge Régulière. Corrélativement, la GLNF est la structure gouvernant l’Ordre Maçonnique pour la France ou en France.

    NON. La corrélation est fausse. La GLNF est la dernière venue dans le paysage maçonnique de France. Le GODF, quant à lui a été fondé en 1773, et l’humeur de M. De Ribeaucourt en 1913 ne confère à la nouvelle obédience qu’il a créée ni antériorité, ni privilège d’aucune sorte ni surtout fonction gouvernementale de l’Ordre qui – de tous temps – a privilégié l’indépendance, la liberté et la souveraineté des Respectables Loges, seules détentrices de la fonction initiatrice dans l’Ordre maçonnique.

    Les Loges sont seules détentrices de la fonction initiatrice dans l’Ordre maçonnique. De qui détiennent-elles ce pouvoir ? De l’Obédience. Pourquoi ?
    NON !! Les Loges sont les seules détentrices de la fonction initiatrice dans l’Ordre en raison de leur respect des traditions initiatiques. Elles ne sauraient dépendre d’une organisation profane, de nature essentiellement gestionnaire et administrative, surtout et avant tout, en matière d’initiation.

    Historiquement, en 1717, les premières Loges fondatrices de la Franc-maçonnerie contemporaine se sont réunies (et non « fédérées ») en Obédience pour édicter ensemble les règles instituant formellement l’Ordre Maçonnique.

    FAUX. Initialement, les Loges qui se sont réunies à la taverne « L’Oie et le Gril » en 1717, s’étaient émues de la progressive disparition historique des loges opératives. Cette disparition entraînait logiquement le tarissement des fonds de solidarité qui leur permettaient de porter secours aux veuves et aux orphelins des Maçons disparus. C’est pour cette raison, et pour cette SEULE raison, qu’elles ont décidé de créer un organisme fédérateur qui, rassemblant les contributions de l’ensemble des Loges britanniques, permettait d’assurer cette fonction de péréquation des secours que les Loges opératives n’étaient plus en mesure d’assumer.
    La raison invoquée ci-dessus, à savoir « édicter ensemble les règles instituant formellement l’Ordre Maçonnique », est totalement erronée et n’est intervenue que par la suite. C’est en effet une règle générale qu’un organisme auquel on délègue des pouvoirs d’administration et de gestion parvienne, tôt ou tard, à exiger des responsabilités qui ne sont pas de sa nature. Ceci est d’autant plus vrai que jamais une obédience n’a reçu – et fort heureusement – le pouvoir d’exercer quelque fonction initiatrice que ce soit. C’eût été alors déférer au culte de Mamon. Qui paie commande !

    Étymologiquement, faire Obédience signifie s’en remettre à…, abandonner son autorité ou son libre arbitre au profit de… Les premières Loges ont conçu « l’Obédience » comme condition nécessaire, garante de leur fonction initiatrice, et de la fonction initiatrice de toutes les Loges présentes et à venir.

    FAUX ENCORE ! S’en remettre à une obédience signifie simplement s’en remettre à un groupe subalterne et adventice des fonctions d’administration et de gestion qui n’ont pas leur place au sein d’une Loge maçonnique dont le but est tout autre. Tous les rituels maçonniques imposent à leurs adeptes de laisser les métaux à la porte du Temple. L’obédience est donc l’organe d’exécution, qui n’ayant rien de sacré, ni d’initiatique, a été conçu pour accomplir ces basses besognes, rien d’autre.

    Progressivement, après des périodes de désordre au cours desquelles certaines Loges ont fleuri sous des formes, motifs, ou fonctionnement contestables, au cours du XVIIIe et XIXe siècle,
    Epoques au cours desquelles la GLNF n’existait pas

    les Obédiences se sont structurées suivant un même schéma et se « reconnaissent » pour devenir des Institutions permanentes, garantes du respect de la pratique maçonnique.

    ABERRANT ! S’il est des structures qui sont légitimement fondées, soit à « se reconnaître », soit à ne pas le faire, ce sont – de toute évidence – les Respectables Loges, uniques détentrices de la fonction initiatrice, et surtout pas les obédiences, de nature profane, strictement gestionnaire et administrative.

    Distinguer « Ordre » et « Obédience » a un sens.
    Certes. L’Ordre maçonnique rassemble tous les francs-maçons de la planète qui ont été reçus dans l’Ordre selon les règles conformes aux Anciens Devoirs. Par nature, l’Ordre maçonnique est INITIATIQUE, ce que n’est, en aucune façon, l’obédience.

    Les opposer n’en a pas. Ces deux appellations recouvrent des notions bien spécifiques. La GLNF est à la fois une Obédience, en tant que structure garante de la fonction initiatrice des Loges,

    FAUX. Une obédience, structure profane, gestionnaire et administrative, ne saurait en aucune manière, être garante d’une fonction initiatrice qui lui est étrangère par nature.

    et en même temps, de par son statut de Grande Loge Régulière, elle est un Ordre initiatique.
    Ce statut de Grande Logé Régulière n’a d’autre aval que celui de la Grande Loge Unie d’Angleterre qui s’est auto-attribuée la qualification de Loge-Mère de toutes les formations maçonniques du monde. Elle oublie toutefois qu’ont existé, bien avant 1717, des groupements maçonniques : 826 à Vienne (Autriche), 1253 à Strasbourg etc… Ce qui laisse planer un sérieux doute sur une telle revendication.

    Il est faux de penser que l’Obédience ne serait qu’une structure administrative de l’Ordre, chargée de l’intendance.

    C’est néanmoins ce qu’elle est. C’est une fonction utile mais qui ne justifie aucunement ses prétentions à régler le processus initiatique au sein d’aucune Loge maçonnique.

    Dans la pratique, l’appellation « Obédience » est équivalente à « Juridiction », nous sommes convenus d’appliquer la première à une Grande Loge, la seconde à une structure de fonctionnement (au sens le plus large) des grades complémentaires.
    En tant que garante, l’Obédience est une condition immuable du bon fonctionnement initiatique des Loges, et exerce vis-à-vis d’elles les moyens de cette garantie.

    ABSOLUMENT PAS (voir plus haut ). L’obédience, dépourvue de tout pouvoir initiatique ne saurait le régler dans les loges. Le comptable d’une usine intervient-il dans le réglage des outils de précision de l’établissement ? Non. Il reste dans sa fonction. Il en va de même en l’occurrence de l’obédience.

    La Maçonnerie anglaise est claire : « The Craft » c’est la Franc-maçonnerie (des 3 grades), en ce sens le socle et la base de tout. La « Constitution » est la structure nationale qui administre The Craft dans un pays/état donné : English Constitution, Irish Constitution, … les « Degrees beyond the Craft », dénomme tous les grades ou degrés au-delà, c’est donc tout le reste.

    Il est de fait que la maçonnerie anglaise est parfaitement claire en s’appuyant sur la Constitution ou par sa traduction dans les Constitutions dites d’Anderson, (et en fait, bien plus inspirée par Jean-Théophile Désaguliers). Où il y a abus de confiance, c’est lorsqu’on assimile la Constitution à l’obédience britannique, qui comme toutes ses congénères n’échappe pas à la qualification de structure profane chargée des tâches de gestion et d’administration.

    QUELLE DIFFÉRENCE FAIT-ON ENTRE RÉGULARITÉ ET RECONNAISSANCE (ACCORD DE 1929) ?
    La Régularité maçonnique est conférée par le respect des Anciens Devoirs, Landmarks, Us et Coutumes, et Constitutions de l’Ordre Maçonnique tel que décrit plus haut. Pour ce qui concerne la GLNF, l’ensemble de ces règles est résumé dans notre règle en 12 points. D’autres Obédiences régulières ont formalisé différemment leurs principes mais respectent strictement les mêmes règles. Toutes les Grandes Loges (Obédiences) Régulières du monde se reconnaissent entre elles par des accords de reconnaissance. Ces accords sanctionnent le respect par ces Grandes Loges des principes de régularité édictés. Les principes de reconnaissance des Grandes Loges ont été posés en 1929 par la Grande Loge Unie d’Angleterre et rappelés en 1949. Pourquoi par cette Obédience spécialement ? Parce que c’est elle qui, en 1723 et sous l’appellation de Grande Loge de Londres et de Westminster, a rappelé les principes immémoriaux qui s’appliquent à l’Ordre Maçonnique, par la rédaction des Constitutions d’Anderson. Ainsi, on peut dire que toutes les Obédiences régulières se reconnaissent entre elles, mais elles ne peuvent reconnaitre des Obédiences “irrégulières”, c’est-à-dire celles qui ne respectent pas TOUS les principes de la Régularité. La Reconnaissance d’une Grande Loge est l’acte juridique, par lequel une Grande Loge entre dans la famille universelle des puissances maçonniques régulières. On ne saurait donc séparer régularité et reconnaissance. La première est le fondement obligé de la seconde, et la reconnaissance est l’attestation publique de l’acceptation sans réserve des Landmarks traditionnels de l’Ordre et de leur pratique rigoureuse, au sein du corps maçonnique qui demande sa reconnaissance. Tout corps qui se veut maçonnique demandant sa reconnaissance sans s’engager à respecter scrupuleusement les Landmarks immémoriaux de l’Ordre, est voué à dépérir dans la voie substituée. Qu’il porte le titre de “maçonnique” ne change rien quant au fond et la famille universelle de la Franc-maçonnerie traditionnelle ne saurait le recevoir en son sein. Si toutes les Obédiences régulières se reconnaissent entre elles, elles ne peuvent et ne doivent avoir aucune velléité d’ingérence envers une puissance maçonnique régulièrement reconnue.

    Tous les accords mentionnés plus haut n’ont pas été le fait des Respectables Loges, mais ont été négociés entre obédiences ou leurs représentants, ce qui, en soi, les frappe de caducité et ne saurait concerner des francs-maçons initiés selon la tradition.

    Aimé par 1 personne

    • mon TC BP, cela reste ton sentiment et une analyse personnelle qui n’est pas la nôtre tu pourras bien le comprendre.

      Tu penses bien que cet article est basé sur des faits travaillés par nos historiens, qui n’auront pas besoin de te répondre puisque, ce qui écrit ici, sont leurs écrits…

      Néanmoins je t’invite à lire les définitions exposées par l’excellent historien qu’est Roger Dachez dans son récent ouvrage « Franc-maçonnerie: Régularité et reconnaissance. Histoire et postures ».En outre, GODF GLDF n’ont sur la GLNF que la seule légitimité de leur antériorité.

      Aimé par 1 personne

  4. Bonne journée Ultime Buté !

    J'aime

  5. Merci mon tc ultime buté !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :