Grand Lodge of Nova Scotia

glnslogo-2

LA GRANDE LOGE DE NOUVELLE ECOSSE RÉTABLIT SES LIENS D’AMITIÉ AVEC LA GLNF

Grand Lodge of Nova Scotia

C’est le 7 juin 2014, à l’occasion de sa 149ème communication annuelle que la Grand Lodge of Nova Scotia, que cette dernière a voté à l’unanimité le rétablissement de la reconnaissance fraternelle à l’endroit de la Grande Loge Nationale Française.

En relation avec cette décision, des ambassadeurs seront proposés par les Grands Maîtres des deux Grandes Loges à leurs assentiments réciproques.

Cette reconnaissance, qui s’est produite peu avant celle des Home Grand Lodges britanniques, n’a pas connu l’écho qu’elle mérite, par le caractère très forts des liens qui unissent les deux obédiences et la position importantes de la Grande Loge de Nouvelle Ecosse dans le concert des Grandes Loges canadiennes.

Mystères francs-maçons dévoilés à l’Ermitage

russia

27 mai, 2013 Stepan Ivanov, La Russie d’Aujourd’hui
Dans le hall du Palais d’Hiver à Saint-Pétersbourg, se tient actuellement l’exposition « Sagesse d’Astrée. Les oeuvres de la franc-maçonnerie du XVIIIe au premier tiers du XIXe siècle dans la collection de l’Ermitage ». L’exposition, qui comprend près de 400 articles, dévoile les éléments authentiques des rites et rituels maçonniques
La franc-maçonnerie a officiellement émergé en Russie dans les années 1730, elle fut interdite à la fin du XVIIIe siècle par la grande impératrice Catherine II puis de nouveau autorisée par son fils Paul I. Les maçons ont eu au moins trois empereurs russes, même si bien sûr, les données officielles documentant cela n’existent pas, car le Tsar de Russie, l’oint de Dieu, ne pouvait être ouvertement franc-maçon.

Aujourd’hui, le président du minuscule parti démocratique de Russie, le Grand Maître et honorable frère Andreï Bogdanov s’est même présenté aux présidentielles recevant 1,3% des voix.

À lire aussi

« Inspiration divine » s’invite à Utrecht

Nature morte – Photographie contemporaine néerlandaise

La collection d’art de Catherine la Grande part en Grande-Bretagne

Cette étrange tradition s’est poursuivie en Russie soviétique après une longue pause (notons que selon certains chercheurs, l’État soviétique était lui-même le fruit de la franc-maçonnerie).

Parmi les quatre cents objets présentés, l’exposition présente, à titre d’exemple, des tabliers, des marteaux, des compas, des livres, des photos, des gants ou encore des épées. Tous ces objets étaient utilisés pour le rituel maçonnique. L’exposition n’explique cependant pas comment les rituels se déroulaient derrière les portes fermées des loges maçonniques, ou pourquoi les gens y rentraient. Elle raconte cependant l’histoire des personnages célèbres qui y ont participé. On sait que Pierre III, Catherine II et Alexandre Ier ont été des francs-maçons actifs. Le mouvement comprenait également des représentants de l’élite militaire, par exemple les grands généraux des guerres napoléoniennes, Alexandre Souvorov et Mikhaïl Koutouzov. Les idées principales des francs-maçons relevaient de l’éducation et de la philanthropie pratique, et leur principal objectif était de revenir à l’ « Age d’or de la déesse Astrée », le siècle de la justice universelle et du droit.

Cependant l’exposition n’explique pas l’apparition de la franc-maçonnerie. Pierre Ier à la fin du XVIIe siècle a séjourné dans le paradis maçonnique, la ville d’Amsterdam, il y a rencontré Sir Christopher Wren et Sir Isaac Newton, un franc-maçon célèbre en son temps. Dans certains des détails architecturaux de l’époque, sur certains artefacts du mouvement franc-maçon, comme par exemple une médaille de l’empereur Pierre Ier, on reconnaît les symboles maçonniques, bien que certains d’entre eux n’étaient qu’une mode passagère.

Les francs-maçons s’occupaient de charité et organisaient des conspirations. La moitié des généraux des guerres napoléoniennes étaient francs-maçons, la quasi-totalité des principaux conspirateurs, les organisateurs de l’insurrection des décembristes en 1825, étaient eux aussi francs-maçons.

On ne peut pas dire qu’avec la fin du mouvement des décembristes, s’est achevée l’histoire de la franc-maçonnerie russe, mais sa période faste a pris fin. Reste les symboles, les intrigants objets, des textes non moins énigmatiques, des rébus et un nombre incroyable de légendes et de spéculations. L’Ermitage a choisi de ne pas tout expliquer. Le mystère qui demeure est un peu dommage. Mais pour être tout à fait juste, pour s’emparer de toutes ces histoires, une seule exposition ne suffirait pas.

L’exposition est ouverte jusqu’au 1 septembre 2013.

Le Grand Orient du Brésil…

On continue….

Bien Aimés Frères,

……………………je profite de la circonstance, mes Bien Aimés Frères pour terminer sur une bonne nouvelle, dont certains ont pu avoir déjà connaissance, car il arrive que les bonnes nouvelles se répandent aussi vite que les mauvaises. Le Grand Orient du Brésil, la plus importante des Grandes Loges Régulières en Amérique Latine mais aussi l’une des plus volumineuses dans le monde, riche de 80 000 Frères, vient de rétablir officiellement ses relations avec la GLNF. Nous ne pouvons que nous réjouir de ce signe positif dont nous espérons qu’il est annonciateur d’un mouvement que nous travaillons à grossir dans la perspective de notre centenaire que nous célèbrerons tous ensemble le 7 décembre. Nous aurons alors la joie de recevoir les nombreuses délégations parmi les 118 Grandes Loges Régulières avec lesquelles nous sommes d’ores et déjà en lien d’amitié et de reconnaissance mutuelle.

Je reprendrai prochainement la parole pour vous entretenir des préparatifs de cette grande fête : notre centenaire, au cours de laquelle nous aurons à cœur de manifester notre gratitude aux anciens qui nous ont laissé ce bel édifice : la Grande Loge Nationale Française.

Recevez, Mes Biens Aimés Frères, l’expression de ma fraternelle affection

Jean-Pierre Servel

La Grande loge de Washington D.C.

Virgile est heureux de vous annoncer cette nouvelle….

Bien-aimé frère,

J’ai la grande joie de vous faire part de la lettre que nous venons de recevoir de la Grande loge de Washington D.C. qui nous annonce le plein rétablissement de ses relations fraternelles avec la Grande Loge Nationale Française.

Cette décision, capitale pour notre obédience, a été prise à l’occasion de la communication semestrielle de cette Grande Loge qui figure parmi les plus importantes d’Amérique du Nord.
Réjouissons-nous de voir ainsi se poursuivre une dynamique, laquelle, aux dires du Grand Maître de la Grande loge de Washington, Teko Foly, vient couronner les efforts de rétablissement de l’harmonie et de la paix à la GLNF.

Les encouragements que contient cette lettre pour maintenir notre action nous vont droit au cœur et nous incitent à persévérer tous ensemble dans la voie que nous poursuivons avec bonheur depuis quelques mois.

Recevez, mes bien-aimés frères, l’assurance de ma fraternelle affection.

Jean-Pierre Servel